Françoise Dumas
Députée de la Première circonscription du Gard
Présidente de la Commission de la Défense nationale
et des forces armées

1er Forum stratégique de l'IHEDN

A l'Assemblée Nationale

Trés heureuse d'avoir participé vendredi 18 juin après-midi à la première édition du Forum Stratégique de l’Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN) aux côtés de Christian Cambon, président de la commission de la Défense au Sénat et du Général de corps d'armée Patrick Destremeau, directeur de l'IHEDN, en présence du Premier Ministre Jean Castex, de la ministre des Armées Florence Parly ainsi que du Chef d’état-major des armées.

J’intervenais également samedi 19 devant les auditeurs IHEDN des ZDS du Sud de la France au sujet des OPEX en cours et des ajustements de la LPM. S’en est suivi un échange sur les enjeux de défense, riche en idées.

Auditrice de la 70ème session « Politique de défense », je suis très attachée à IHEDN qui illustre bien l’idée selon laquelle la diversité de notre société est un atout pour son avenir.

C’est une chance extraordinaire de permettre à des personnes de tous horizons – politiques, militaires, journalistes, haut-fonctionnaires, syndicalistes, religieux ou encore dirigeants du secteur privé – de partager une année de leur vie à débattre des sujets de défense et à les faire vivre bien au-delà.

Une chance extraordinaire pour qu’un consensus sur la politique de défense irrigue toute la Nation et garantisse la pérennité de sa souveraineté.

Car c’est bien de souveraineté dont il s’agit lorsque l’on aborde les enjeux actuels et à venir de notre politique de défense.

Le premier enjeu de souveraineté est celui de conserver une vie démocratique ardente : toute atteinte à son fonctionnement est une blessure faite au cœur battant de la souveraineté populaire et donc au principe même de notre République.

Comme les temps sont à la compétition stratégique aux portes même de l’Europe, le deuxième enjeu de souveraineté est de pouvoir préserver notre capacité d’action et notre autonomie de décision partout où les intérêts de la France sont en jeu, partout où sa place singulière dans le monde l’appelle à recourir à la force.

La France ne peut y parvenir sans disposer de forces qui dissuadent ou de forces qui contraignent.

Mais plus fondamentalement, la France ne le pourra que si le « corps politique », la Nation toute entière, le comprend et y adhère.

C’est là tout le rôle du Parlement.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.