Françoise Dumas
Députée de la Première circonscription du Gard
Présidente de la Commission de la Défense nationale
et des forces armées
Françoise Dumas
Députée de la Première circonscription du Gard
Présidente de la Commission de la Défense nationale
et des forces armées

Défense : Audition de Philippe LAVIGNE, Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air

A l'Assemblée Nationale

« Depuis 15 semaines, l’armée de l’air fait face à l’ennemi imprévisible et invisible qui frappe la Nation, avec la réactivité et l’esprit d’innovation qui caractérisent les aviateurs »

Le général d’armée aérienne Philippe LAVIGNE, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), a été auditionné en visio-conférence par la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale, le mercredi 6 mai 2020.

Après avoir rendu hommage au sergent-chef Pierre POUGIN et à l’infirmier Quentin LE DILLAU, décédés lors d’un entrainement le 28 avril dernier, Mme Françoise DUMAS, Présidente de la commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale, a souligné que « mobilisée dès le premier jour afin de rapatrier nos ressortissants depuis Wuhan, l’armée de l’air a apporté une contribution déterminante au plus fort de la crise permettant d’évacuer près de 100 patients depuis les zones les plus touchées et de transporter 450 personnels soignants ».

Le général Philippe LAVIGNE a présenté la contribution de l’armée de l’air à la lutte contre la propagation de l’épidémie de COVID-19 qui a été initiée dès le 31 janvier avec le rapatriement depuis Wuhan, par l’Esterel, de près de 200 ressortissants français.

Dans le cadre de l’opération Résilience, l’armée de l’air a fortement contribué à la sauvegarde de la Nation, par l’engagement de ses experts en risques NRBC, par des missions de soutien sanitaire et logistique par voie aérienne, en appui du service de santé qui lutte en première ligne et dont il a salué l’action. A ce jour, une centaine de patients atteints du COVID-19 et près de 450 soignants ont été transportés par l’armée de l’air, en métropole et outre-mer.

Ces opérations ont mis en lumière l’utilité du kit Morphée déployé sur l’A330 MRTT Phénix et la réactivité de l’armée de l’air, qui a pu mettre en place rapidement, avec le concours du SSA, de la DGA, des services de soutien et des industriels, de nouvelles procédures de médicalisation de ses aéronefs : A400M, CASA 235, C130, hélicoptères Caracal et Puma.

En outre, le CEMAA a rappelé que, localement, les bases aériennes s’étaient mises au service des acteurs locaux, renforçant par exemple le service départemental d’incendie et de secours dans les Landes ou contribuant à l’installation de sas de désinfection à l’entrée des EHPAD. Le CEMAA a ensuite rappelé que l’armée de l’air continuait à assurer la pérennité de ses postures permanentes et de ses engagements en opérations extérieures.

Au Levant comme au Sahel et en Europe, les missions aériennes sont toujours nombreuses et intenses : depuis la base aérienne projetée H5 en Jordanie, les chasseurs RAFALE déployés poursuivent le combat contre Daesh ; au Sahel, l’armement du REAPER a apporté une capacité complémentaire des MIRAGE 2000 déployés à Niamey. Depuis le 1er mai 2020, l’armée de l’air assure également la police du ciel dans l’espace aérien balte, dans le cadre des mesures de réassurance mises en oeuvre par l’OTAN.

En parallèle, l’armée de l’air réalise ses missions permanentes sur le territoire national : la composante nucléaire aéroportée poursuit ses missions d’entrainement, tandis que la police du ciel est plus que jamais mobilisée, malgré la réduction du trafic aérien civil. Les décollages sur alerte des avions de chasse ont en effet augmenté par rapport à l’an dernier.

Enfin, le général LAVIGNE a évoqué les perspectives d’avenir de l’armée de l’air et l’exigence de poursuivre les efforts en faveur de sa remontée en puissance. Il a mis l’accent sur deux points de vigilance particuliers :

• l’impact de la crise épidémique sur le maintien en condition opérationnelle : le ralentissement du niveau global d’activité engendre un retard de régénération capacitaire. Il est donc plus que jamais nécessaire de remonter progressivement en puissance, le retour à la situation normale n’étant pas attendu avant fin 2020.

• la relance économique qui devra accorder une place importante à l’industrie aéronautique au sens large, fortement fragilisée par la crise. Selon le CEMAA, « il en va de la survie de notre base industrielle et technologique de défense et de la capacité de l’armée de l’air à pouvoir mener ses missions dans la durée ». Dans ce cadre et dans celui des travaux sur l’actualisation de la LPM, l’armée de l’air accorde une attention particulière à la confirmation de la remontée en puissance de l’aviation de transport (avec en particulier l’acquisition des trois derniers MRTT prévus par la LPM), à la poursuite de la modernisation de la composante hélicoptère (remplacement des PUMA) et à une modernisation accélérée de l’aviation de combat (livraison RAFALE et ses équipements, dont radars, capteurs, lot technique de déploiement) et au maintien des efforts en faveur du système de combat aérien du futur (SCAF).

Pour conclure, le général Lavigne a rappelé, que dans ce contexte de crise, il était de son devoir de préserver au maximum la santé et le moral des aviateurs. La Présidente de la Commission, Françoise DUMAS a assuré le général LAVIGNE de la reconnaissance de la Nation à l’égard de l’armée de l’air qui participe activement à la lutte contre la propagation du COVID-19 grâce à ses capacités d’adaptation, de réaction rapide et de résilience.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.