Françoise Dumas
Députée de la Première circonscription du Gard
Présidente de la Commission de la Défense nationale
et des forces armées
Françoise Dumas
Députée de la Première circonscription du Gard
Présidente de la Commission de la Défense nationale
et des forces armées

Défense : Audition de Thierry BURKHARD, Chef d'Etat Major de l'Armée de Terre

A l'Assemblée Nationale

« Malgré cette crise d’une forme et d’une ampleur inédites, l’armée de Terre reste en mesure de remplir toutes ses missions. »

Le général d’armée Thierry Burkhard, chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), a été auditionné en visio-conférence, le 6 mai 2020, par la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale.

La Présidente de la commission, Mme Françoise Dumas a salué l’engagement de l’armée de Terre et a rendu hommage aux militaires récemment tués en opérations ou à l’entraînement.

Le CEMAT a présenté son appréciation de situation sur l’engagement de l’armée de Terre dans l’opération Résilience, avant de tirer quelques premiers enseignements. Il a aussi souligné qu’il fallait aborder cette crise avec beaucoup d’humilité.

L’épidémie impose, en tout premier lieu, de composer avec deux impératifs en apparence contradictoires : tout en protégeant les soldats, il faut continuer à préparer les opérations. L’application de mesures de précaution ne peut pas se faire au détriment de l’indispensable niveau de préparation opérationnelle.

En effet, préparer ses hommes à être déployés en opérations, dans les meilleures conditions, est la première mission de l’armée de Terre qui ne peut manquer à ce devoir, vis-à-vis de la Nation. La menace en opérations extérieures demeure en effet très élevée, comme en témoigne la mort de deux légionnaires tués au combat en moins d’une semaine au Mali.

Après avoir exprimé son admiration pour l’action du personnel de santé que les soldats ont été heureux d’appuyer, le CEMAT a montré que la crise avait confirmé l’armée de Terre dans son rôle « d’armée des territoires ». Les missions, dans le cadre de l’opération Résilience, ont été conduites sur l’ensemble du territoire national, en France métropolitaine comme en outre-mer, mais aussi dans une grande variété de domaines d’action : appui des structures hospitalières, appui logistique auprès des services de l’Etat, d’entreprises ou d’associations, sécurisation et désinfection de sites sensibles, appui aux structures de commandement civiles en apportant une expertise en planification et en gestion de crise.

Le général Burkhard a mis en avant les facteurs clés qui ont permis de déployer des effectifs significatifs, d’active ou de réserve, sur court préavis, et de proposer une offre inédite sur le territoire national. Il s’agit de la solidité de la chaîne de commandement au sein de l’armée de Terre et de la qualité du dialogue civilo militaire. « La dynamique de rayonnement entretenue par les chefs de corps, pendant des années, dans leur garnison, s’est transformée, grâce à leurs interlocuteurs civils, en dynamique opérationnelle. »

En ce qui concerne l’impact de la crise, le CEMAT a insisté sur le fait que l’armée de Terre restait en mesure de réaliser toutes ses missions, même si l’intensité de la préparation opérationnelle a été sensiblement réduite. Il s’est toutefois montré vigilant face aux conséquences du gel du recrutement pendant deux mois. Il s’est également montré très attentif sur le sujet du maintien en condition opérationnelle et sur celui de la livraison des matériels. « Si les flux d’approvisionnement des industriels ne reprennent pas, nous serons en grande difficulté. »

Le CEMAT a rappelé que le moral et l’état d’esprit de ses hommes et de leur famille étaient son point d’attention principal. Il estime que « le moral est bon grâce à la qualité de nos soldats et grâce à l’implication des chefs au contact ».

Le général Burkhard a enfin identifié les premiers enseignements de la crise. Il rappelle notamment qu’un modèle d’armée complet est indispensable au pays. Par exemple, « avant l’épidémie, certains auraient pu se poser la question de l’utilité du 2e RD NRBC qui est pourtant intervenu dans plus de 250 missions de désinfection. »

Le CEMAT a enfin rappelé que, dans un contexte général d’incertitude, « l’armée de Terre doit plus que jamais être prête à produire d’emblée de la puissance militaire pour faire face à un péril inattendu et elle doit être prête à encaisser les chocs, à être résiliente. »

En conclusion, Françoise DUMAS, a remercié le CEMAT pour la sincérité de ses propos. Elle a estimé qu’il sera nécessaire de tirer les conséquences de la crise sur l’organisation logistique et sur la sécurité sanitaire dans le cadre de la résilience de notre pays.

 

Contact(s) presse :

Sylvia SKORIC : sylvia.skoric.fd@clb-an.fr

Felix MEYSEN : felix.meysen@clb-an.fr


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.