Françoise Dumas
Députée de la Première circonscription du Gard
Présidente de la Commission de la Défense nationale
et des forces armées
Françoise Dumas
Députée de la Première circonscription du Gard
Présidente de la Commission de la Défense nationale
et des forces armées

PJL SUR : Tribune des parlementaires LaREM d'Occitanie

A l'Assemblée Nationale

Retrouvez la Tribune que je cosigne avec mes collègues d’Occitanie, dénonçant la confiscation du débat parlementaire par une minorité.


Ainsi, nous souhaitons que l’Assemblée nationale soit respectée et que s’installe un débat sincère et respectueux.

 

« Depuis le début de l’examen des projets de loi de réforme des retraites, les députés des groupes France Insoumise et Gauche démocrate et républicaine n’ont qu’un objectif en tête : confisquer, coûte que coûte, le débat parlementaire. Les parlementaires de l’opposition disposent de droits spécifiques, garantis par la Constitution. Ces droits ont toujours été respectés, tant au sein de la commission spéciale qu’en séance publique.

Mieux, au regard de l’importance de cette réforme, des aménagements spécifiques ont été proposés par la présidence de l’Assemblée nationale pour garantir un débat sincère, digne et respectueux. […] C’était sans compter le fol acharnement de 33 députés. 33 députés sur 577. 33 députés prêts à tout pour paralyser nos institutions et prendre en otage notre démocratie. Et parfois certains autres députés se prêtent à ce qui n’est hélas pas un jeu.

Depuis le début de la semaine, nous totalisons plus de 25 suspensions de séance et plus de 100 rappels au règlement. À ce rythme, il faudrait 1 643 heures de débat pour terminer la seule loi ordinaire, soit 25 semaines de séance ! En commission, 22 000 amendements ont été déposés. En séance, c’est plus de 40 000. En cinq jours, nous n’en avons discuté que… 629. C’est dire l’absurdité de la situation. Aujourd’hui, nous devons nous rendre à l’évidence, c’est à un véritable sabotage parlementaire que nous assistons. Et c’est unis, rassemblés, que nous dénonçons cette imposture. À situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle. Il est de notre responsabilité collective de mettre un terme à cette mascarade. C’est pourquoi nous demandons solennellement aux députés de l’opposition d’assumer leurs responsabilités : veulent-ils amender avec raison et ainsi améliorer le texte, ou saboter le travail parlementaire ? C’est de leur seule responsabilité face aux actifs d’aujourd’hui et de demain. Sinon, notre Constitution permet d’accélérer l’approbation de texte. Si nous voulons assurer un régime de retraite universel, il n’y aura peut-être d’autre choix. »

 

L'article en ligne :


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.