Françoise Dumas
Députée de la 1ère circonscription du Gard
Françoise Dumas
Députée de la 1ère circonscription du Gard

En circonscription

A l’invitation des Amis de Rodilhan, j’interviens ce soir devant les habitants pour présenter mon rapport parlementaire relatif à l’éducation routière. Des échanges tres intéressants sur les enjeux liés à la prévention routière avec l’Escadron Départemental de Sécurité Routière du Gard et M. Serge REDER, Maire de la commune.

En Août 2018,  le Premier ministre m’a confié pour mission de faire des propositions permettant de garantir, dans le temps et en tout point du territoire, une formation de qualité au permis de conduire, tout en assurant son accessibilité et celle des examens en termes de délais et de prix.

Cet objectif s’inscrit pleinement dans la volonté du Président de la République de lutter contre toutes les formes d’assignation à résidence.

Le permis de conduire est au cœur des préoccupations et du quotidien des Français : il est l’examen le plus passé en France avec 1,5 millions de candidats par an environ et parfois, je tiens à le souligner, le seul diplôme en poche pour nombre de nos concitoyens.

Au-delà du fait qu’il permette de se déplacer, le permis de conduire est un instrument au service du renforcement du lien social car il permet d’accéder plus facilement à l’emploi.

 

En 2017, sur 3,4 millions d’offres  déposées à Pole Emploi, 17,2% exigeaient la détention du permis B.

 

Il constitue également un puissant levier pour réduire la fracture territoriale à l’œuvre dans les territoires péri-urbains, ruraux ou les territoires les plus en difficultés économiques et sociales.

Le permis n’est, en outre, pas une simple autorisation administrative mais bien une capacité à conduire. La qualité de la formation est déterminante pour la sécurité de tous.

Si les derniers chiffres de la mortalité routière en 2018 sont en baisse – malgré la hausse enregistrée en février et attribuée à la destruction par les gilets jaunes des radars automatiques - 3500 personnes ont encore perdu la vie en 2018 sur les routes de France, métropole et outre-mer confondues.

Les jeunes sont particulièrement concernés : les accidents de la route sont la 1ère cause de mortalité chez les 18-24 ans. En outre-mer, la situation est particulièrement préoccupante. En moyenne annuelle pour 2015 et 2016, 201 jeunes par million d’habitants sont décédés en outre-mer ; contre 113 en métropole.

 

Le permis a donc un double enjeu :

  • un enjeu de sécurité routière important ;
  • Un enjeu d’insertion et d’émancipation sociale ;

 

Au cours de très nombreuses auditions et déplacements que j’ai réalisés (+ de 70 auditions, 200 personnes rencontrées), j’ai acquis la conviction que rendre le permis de conduire accessible à tous, implique certes de réduire son coût, qui demeure élevé pour de nombreux ménages (entre 1600 et 1800 euros en moyenne), mais également de permettre l’accès à cette formation sur tout le territoire et pour tous les publics.

Il est important de disposer d’un maillage territorial important et de solutions d’apprentissage adaptées.

 

Maîtriser le coût sans porter atteinte à la qualité de la formation à la conduite de nos jeunes est possible :

  •  en renforçant le continuum éducatif de l’éducation routière ;
  •  en utilisant les nouveaux outils à notre disposition;
  • en réorganisant et fluidifiant la chaine des acteurs.  

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.